Nouvelles Sur RFM

La RFM nous donne souvent un sponsor pour la promotion de nos concerts” Cédric Bangui exprime sa reconnaissance. Toutefois, il déplore qu’il y ait encore des artistes burundais qui ont du mal à accepter le succès de leurs confrères.

“Mwarukire Mubumwe, mwarukire mugushigikirana”. De son expérience de 35 ans de carrière, Cédric Bangui interpelle les artistes à œuvrer vers plus de solidarité et d’unité. Sinon, martèle-t-il, ces conflits internes ne serviront que de failles à ceux qui veulent détourner nos moyens de promotion.

 

Sur ce, le directeur de la RFM indique qu’il est prévu des séances de rencontres professionnelles entre artistes et/ou avec certains acteurs culturels (le Ministère de la culture et des sports) afin que ces ambassadeurs de la musique soient consultés dans la politique nationale de la culture mais aussi qu’ils soient conscients de leur rôle en tant que “miroir de la société”

Il suggère également qu’il y ait un système de monitoring pour un bon calcul de la redevance que les radios doivent acquitter pour les droits de diffusion afin que les artistes puissent savourer le fruit de leurs efforts.

 

Qu’est-ce que la RFM va faire concrètement pour promouvoir ces artistes primés, leurs œuvres et leurs droits? S’agit-il d’un souhait, un rêve ou un accord passé avec les Institutions étatiques et paraétatiques pour donner à l’artiste burundais la place qui lui est due?… Questions/Interventions des journalistes et intervenants lors de la conférence de presse.

 

 

 

“D’autres critères ont été pris en considération pour confirmer la notoriété d’un artiste, c’est notamment avoir au moins 10 ans d’expérience, avoir sorti au moins 3 hits (chanson la plus aimée du public) consécutifs, faire objet d’inspiration pour les autres artistes (faire objet d’interprétation), capable d’organiser un concert à lui seul, etc.” Dixit Excellent Nimubona, Directeur de la RFM

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *